+

Le dragon des savanes

Le soleil entame son lent plongeon vers l’horizon. ctroale 06

Les ombres des arbres décharnés de la plaine s’allongent alors que les hautes herbes oscillent doucement à la brise de la fin d’après midi. La savane qui s’étend sous nos pieds, encore humide des dernières pluies est son territoire. Au ras de la terre rouge, il chasse, virevolte, et se faufile au milieu de la végétation. Invisible. Sûr de sa puissance.

crotale 08

Depuis l’orée d’un bois, plusieurs silhouettes observent les pripris. Ils se tiennent droit, et sont chaussés de hautes bottes. Aujourd’hui, selon toute vraisemblance. Ils auront croisé un dragon.

Crotale d’Amérique du sud – Crotalus durissuscrotale 03crotale 04crotale 05crotale 07


Un énorme merci à Wilou de m’avoir appelé aussitôt qu’il a rencontré ce jeune crotale des savanes.


La licorne de Kaw

Décidément, le bestiaire imaginaire Guyanais s’agrandit !

Cette animal légendaire parcours la forêt domaniale de Kaw à la tombée de la nuit. J’avais déjà eu l’occasion de croiser sa route lors d’une excursion en décembre dernier, où nous étions tombé dessus par hasard. Malheureusement je n’avais pas de quoi la photographier correctement, mon boitier étant en panne. Depuis, elle hante mes rêves et je n’ai de cesse de la chercher. Je savais que la zone où nous prospections était propice, mais je ne m’attendais pas à tomber dessus comme ça. D’abord attiré par la minuscule rainette à doigts oranges, j’ai vu sa corne dépasser derrière un buisson. Elle était là, Sagement en train d’attendre que nous la découvrions. la Scinax probiscidienne.

scinex cinera 01

Cette grenouille, qui vit dans les forêts primaires est très peu connue. Elle est classée dans la liste rouge des espèces menacées en France. (1) Je vous laisse admirer son style archaïque.

scinax cinera 02

Scinax proboscideus

scinax cinera 03

 

1 – [Statut pour la Guyane française] UICN France & MNHN. 2016. La Liste rouge des espèces menacées en France – Chapitre Faune de Guyane française.

+

Pour quelques dizaines de mètres …

J’habite pour le moment, en bordure de Kourou. Quelques pas me suffisent pour traverser un fossé par un petit pont qui lui me conduit au milieu « d’abattis sauvages ». les abattis sont l’équivalent des potagers métropolitains. On y fait pousser le plus souvent des giraumons, des bananes, du manioc, de la dachine, de l’igname, des ananas …

Bref, j’ai donc décidé d’y faire un tour régulièrement, puisque les canaux et les arbres fruitiers constituent un sacré terrain de jeux pour nombre d’espèces d’oiseaux. On y croise aussi régulièrement serpents lianes et serpents chasseurs… Mon petit tour de la semaine dernière m’a permis de prendre entres autres ce héron strié et cette moucherolle pie. Un couple de touï été, de magnifiques petites perruches a joué à cache-cache avec moi pendant une bonne demi heure, mais c’est elles qui ont fini par triompher… A charge de revanche !

heron strié 02

Heron strié – Butorides striata

moucherolle pie 01

Moucherolle pie – Fluvicola pica

Les photos ont été prises en toute fin de journée et sont donc un peu sombres …

+

Affûts et apéro photo…

Allez, on tente une nouvelle technique, on repère des zones propices et on va faire un affût apéro photo au coucher du soleil. Le principe ? Trouver un spot avec des arbres fruiters (palmiers baches en l’occurence) et attendre le passages des oiseaux granivores et frugivores (toucans, perroquets, perruches … )

RDV donc samedi soir avec Vincent et Elo, mais les amazones n’ont fait que passer, les perruches ne se sont pas posées, par contre, on a eu le droit à un beau défilé de aras macavouanne.

amazone vol 01

Perroquets « amazone » dans les lueurs du couchant

Le spot est cool, par contre il va falloir trouver un affût un peu plus proche pour pouvoir tirer de meilleurs images de ces magnifiques oiseaux et surtout revenir le matin qui semble plus propice pour les perroquets que le coucher du soleil où il ne font que regagner leurs dortoirs. Il ne m’en faut pas plus, réveil vers 5h45 pour être sur place dès les premières lueurs. Efforts récompensés. La prochaine fois, on se rapprochera encore un peu.

macavouanne 02

Aras macavouannes – Orthopsittaca manilata

Les aras font leur apparition sur ce palmier mort … Avant de se faire chasser par le roi des lieux. Le caracara à tête jaune.

caracara 05

Caracara à tête jaune – Milvago chimachima

 

macavouanne 01

 

macavouanne 03macavouanne 04sunrise 01

Les lueurs des levers et couchers de soleil peuvent rendre une photo magnifique, mais lorsqu’il y a des nuages, finalement, la luminosité nécessaire pour les photos de loin n’est pas au rendez vous…

+

Quelques limicoles de Guatémala

Bien sur, les oiseaux que l’on peut trouver à cet endroit ne se limitent pas à ceux là, mais si vous y allez, vous avez de très fortes chances de les rencontrer. Ainsi que d’autres moins fréquents comme les tantales ou les spatules …

  • Pluvier semi palmé – Charadrius semipalmatus
  • Pluvier d’azara – Charadrius collaris
  • Bécasseau semi palmé – Chalidris pusilla
  • Bécasseau d’alaska – Chalidris mauri
  • Chevalier grivelé – Actitis macularius
  • Grand chevalier – Tringa melanoleuca
+

Les rapaces de guatemala

Libération, les barrages sont ouverts ! Il ne m’en faut pas plus pour programmer une petite sortie à Guatémala, juste en face de Kourou pour tester mon 600 sur les piafs qui voudront bien y trainer ! Guatémala est un mélange de savanes, de bois, de magrove, de marais, de pripris avec quelques plans d’eau et de la belle vasière pour couronner le tout. C’est donc un lieu privilégier pour rencontrer et observer les oiseaux, c’est d’ailleurs là bas que j’ai pu faire mes observations de rapaces nocturnes comme le petit duc de choliba ou le hibou des marais.

Je commence donc avec les rapaces rencontrés lors de cette sortie.

Dans l’ordre des images (qui n’est pas celui des rencontres) :

  • Buse à tête blanche – Busarella nigricollis
  • Buse à gros bec – Rupornis magnirostris
  • Caracaras à tête jaune – Milvago chimachima

 

buse à tête blanchebuse gros beccaracara 01caracara 02

+

Colibris

Mon dernier investissement; un trépied pour poser mon avant-dernier investissement, le Contemporary 150-600 f 5.6 de chez sigma. Un premier téléobjectif pour satisfaire mes envies de photographier les oiseaux un peu plus correctement qu’avec mon 70-300. Pratique aussi pour les singes !

Du coup, comme tout est encore fermé sur Kourou, et que les aigrettes ne veulent pas se pointer au lac, ben je me « rabat » sur les colibris, surement un des oiseaux les plus difficile à photographier correctement ! Rarement posés, relativement farouches, et surtout très vifs !!! Il y a un peu plus de trente espèces de colibris en Guyane, dont plusieurs qu’on peut trouver dans nos jardins.

papillon

Je me pose alors sur la terrasse en attendant que les petites boules de plumes aux reflets chatoyant se pointent, mais c’est d’abord un papillon qui fait son apparition.

Ensuite, même s’ils ne sont pas apparus là où je les attendais ma patience a fini par porter du fruit.

colibri 01

Ariane vert-doré  Amazilia leucogaster

colibri 02

Emeraude orvert  Chlorostilbon mellisugus

colibri 03

Emeraude orvert  Chrolostiblon mellisugus

+

Buse à tête blanche

buse blancheBusarellus nigricollis est un rapace diurne facilement reconnaissable. Sa tête blanche et son plumage à dominante roux la rendent difficile à confondre avec ses cousines. C’est un oiseau plutôt sédentaire que l’on trouve partout sur le littoral guyanais. Elle fréquente principalement les marais, les étangs, les pripris ou alors les criques calmes. Il n’est pas rare, lorsqu’on la croise à un endroit de la retrouver sur le même perchoir des fois plusieurs semaines plus tard. C’est un oiseau pécheur, à l’instar du balbuzard, qui saisit ses proies après un piqué, en saisissant de ses serres sa proie malheureuse. Contrairement au balbuzard, elle ne survole que très peu le plan d’eau et préfère chasser à l’affût depuis un perchoir qui se situe à quelques mètres au dessus de l’eau.

buse tête blanchebuse-c3a0-tc3aate-blanche-02

Le léopard des annamites

Après le tigre de Kaw, j’ai eu la chance de croiser le léopard des annamites, grâce à un pote, Tom. Comme quoi ramasser des broméliacées ça peut servir. Cette grenouille se cachait en effet dans une broméliacée que Tom voulait ramener pour sa petite femme. Quelle surprise d’en voir sortir une magnifique grenouille, nouvelle coche pour moi 🙂

Je vous présente l’allophryne arlequin, ou Allophryne ruthveni

allophryne 04allophryne 02

allophryne 05

 

Révélations

Dans sa grâce, la nature offre à chacun l’opportunité de trouver et de contempler la beauté. Un coucher de soleil, une fleure, un arbre dans le feu de l’automne, ou encore l’étonnante mais somptueuse sauvagerie d’une mer ravagée par la tempête.

Parfois il faut chercher. Faire quelques heures de route, lutter contre le sommeil et la lassitude. Et même alors, la beauté n’est pas méritée. Elle n’est encore qu’un présent offert à celui qui veut bien se donner la peine de le saisir. Une grâce dont je ne me lasse pas. Subjugué par chacune de ces rencontres comme un enfant le matin de Noël.

Saute-souche, cache-feuille

Sans aucun doute les deux jeux préférés de cette magnifique sauterelle, qui me fascine encore et toujours par le mimétisme dont elle fait preuve, jusque dans les moindres détails.

sauterelle-feuille-01sauterelle-feuille-02

Quelques plumes

Un peu d’ornitho en cette saison des pluies un peu particulière, quand les amphibiens et les ophidiens se font désirer, à l’instar d’ondée qui les fait sortir… D’aucuns disent que le climat ne se dérègle pas ? Alors que la saison des pluies est sensée battre son plein, le soleil continue de briller aussi fort qu’à l’accoutumée…

Je profite donc de plusieurs observations remarquables sur ces deux derniers jours pour faire un article. Dire que je cherchais des serpents et des grenouilles, c’est des oiseaux qui s’offrent à moi. J’ai raté de peu d’ailleurs, juste avant le petit duc, un hibou strié qui s’est envolé au moment où je sortais l’appareil (lundi soir) ainsi que deux ibijaux qui ne se sont pas laissé approcher (mercredi soir)

grebifoulque-kids

Grébifoulque d’amérique, (Heliornis fulica) portant ses petits sur le dos pendant la nuit.
Passoura 22 février 2017


Petit duc choliba, (Megascops choliba) tranquille sur son piquet. Guatémala, 20 février 2017

petit-duc-01petit-duc-02


 

Le trogon à queue blanche, (Trogon viridis) s’est laissé photographié avec sérénité.
Passoura, 22 février 2017

trogon-01trogon-02