Sur cette planète qui nous a été confiée, c’est dans les forêts équatoriales que l’on trouve le plus d’animaux. Nous avons cet immense privilège de pouvoir passer régulièrement du temps dans les bois, à chercher et fouiller pour finalement observer toutes sortes de bestioles. Des grandes, des minuscules, des poilues, des plumées, des écaillées, des caparaçonnées, des méchantes, des inoffensives, des camouflées, des visibles …

Mais plus  les rencontres se multiplient, plus cette pensée reste présente. Nous n’avons encore rien vu et que tout reste à découvrir. Julien et moi avons très vite été émerveillés par tout ce qu’on pouvait découvrir et voir ici. C’est donc naturellement devenu une passion. C’est d’ailleurs par l’observation naturaliste que nous sommes venus à la photo. Hélas, la réalité fait que nous n’avons pas toujours un appareil avec nous, ou encore que la cible de notre intérêt ait déjà pris la poudre d’escampette avant que le boitier puisse être dégainé. Vous ne trouverez donc pas ici tout ce qu’il nous a été donné de voir. Mais nous espérons que cela vous donnera un aperçu de la fabuleuse richesse de la biodiversité guyanaise et de la beauté de la création.