Dendrobatidae

Sommaire :

Allobates femoralis
Dendrobates tinctorius
Ranitomeya amazonica

Dendrobates tinctorius :

Il existe deux morphes différents de la dendrobates à tapirer en Guyane. Bien que la taille et la coloration différent fortement, ces grenouilles sont bien de la même espèces. Les morphes sont répartis sur des bassins différents et sont donc associés à leurs origines géographiques. La plus petite avec le plus de bleu est dites « de kaw » alors que la plus grande avec une dominante de jaune est appelées « de régina ».

En anglais les dendrobates sont aussi appelées « poison dart frogs », en référence aux coutumes des amérindiens qui soit disant frottaient la pointe de leurs flèches sur la peau de ces grenouilles pour les empoisonner (les flèches). Or, la toxicité des muqueuses cutanées contient bien du venin, mais fait à partir de toxines très peu actives, provoquant tout au plus des sensations de picotement à qui les manipulerait avec des plaies ouverte au niveau des mains. Attention cependant si vous vous rendez en Colombie, au Costa-rica ou au Panama. Dans ces régions vivent les Phyllobates, sous famille des Dendrobatidae qui elles possèdent des toxines (les batrachotoxines) qui peuvent être mortelles.

Ranitomeya amazonica :

Les petits dendrobates, des broméliacées, courantes aussi sur les inselbergs.